29 octobre 2017

DES FLEURS POUR ALGERNON, DANIEL KEYES




"Je sais maintenant qu'il y a un détail que vous avez négligé: l'intelligence et l'instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher."

Une histoire que donne matière à réfléchir, avec une vraie réflexion sur l'âge adulte et l'intelligence des êtres vivants. 







Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête...

Un début assez étrange, j'ai eu quelques difficultés a accrocher à cause du manque d'information donné mais surtout à cette narration plus que dérangeante au début. Ce style d'écriture nous permet tout de même de nous immerger pleinement au cœur de l'histoire, cette narration prend tout son sens au fil du roman étant donné que le livre est narré par un jeune homme au QI de 68, donc l'âge mental d'un enfant. C'est alors Charlie qui nous raconte son histoire à travers de divers rapports que le DR Nemur lui incite à écrire. Par ses propres mots, ses questionnements, nous sommes plongés dans ses propres ressentiments quant à l'expérience dont il va être le sujet.

Aucune surprise finalement, mais en dépit de cela, on reste véritablement accroché au fil de l'histoire. Il n'est pas principalement question de faits scientifiques, il m'est même difficile de croire que ce roman est classé dans le style de la "science fiction", car en réalité nous sommes confronté à un problème plus soucieux : le rapport humain. Mais plus exactement, notre comportement envers autrui. Ce que j'ai retenu de ce roman ce n'est ni l'expérimentation, ni les faits théoriques, mais davantage l'attitude des autres sur sa personne et la manière dont on joue de son innocence et de ses difficultés. Ses progrès intellectuels ne lui seront pas non plus d'une grande aide sur le plan relationnel puisqu'on se méfiera de lui, jamais il ne sera réellement traité comme une personne des plus normales. Sa réussite marquera également un certain déclin car en réalité Charlie n'aura pas le temps de s'adapter au changement qui s'opère en lui. 

C'est au final un belle leçon de tolérance, un roman qui porte sur la réflexion avec un format assez orignal qui nous permet de nous plonger le plus précisément possible dans les pensées de Charlie. Émouvant, quelque peu dérangeant, mais qui nous fait réfléchir sur les rapports humains plus que sur les faits scientifiques ici qui n'arrivent qu'en second plan. A mon sens, un beau classique qu'il faut au moins une fois avoir découvert par soi même.

DES FLEURS POUR ALGERNON — 252 PAGES — AVRIL 2001 — J'AI LU

8 février 2017

AU COIN CINÉ #3


Ce rendez-vous avait normalement lieu tous les 15 du mois. Bon, comme toute les choses que j'essai de mettre en place, je n'ai jamais réellement réussi à m'y tenir, donc j'annonce de suite que ce type d'article arrivera dorénavant à ma guise. Ainsi, je n'aurais pas la pression pour publier ce rendez-vous chaque mois à une date fixe. Pour rentrer dans le vif du sujet, ces dernières semaines j'ai voulu faire quelques découvertes cinématographiques. J'ai un peu tapé dans les nouveautés et j'ai tout de même été pas mal déçue par pas mal de film. Je vous en parle tout de suite!



► Doctor Strange, un film de Scott Derrickson, sorti en octobre 2016 ☆☆☆ 

Doctor Strange fait parti de ces films qu'il est sympas de visionner une fois pour après les laisser aux oubliettes. Rien d'extraordinaire, rien qui n'a réellement su me plaire ou éveiller mon intérêts. C'est sans surprise qu'on assiste aux péripéties du protagoniste durant le combat qu'il mène. Pour rapidement vous expliquer le contexte, c'est l'histoire du docteur Stephen Strange, un chirurgien réputé qui se plongera dans les secrets du mysticisme après un soudain accident de voiture. Il devra alors user d'aptitudes métaphysiques pour protéger le Marvel Cinematic Universe. On démarre avec des décors impressionnants, et beaucoup d'effets spéciaux, peut être trop à mon goût car il m'est arrivé d'être complètement perdue à certaines reprises mais au final, malgré un début assez intéressant l'ennui à pointé le bout de son nez. Un film que je ne recommande donc pas, certes (parfois) divertissant mais loin d'être un immanquable. Peut être que le film s'éloigne de ce que Marvel a souvent l'habitude de nous montrer, je ne saurais pas vraiment vous dire les raisons exactes du "pourquoi" je n'ai pas apprécié mais cela voudrait certainement le coup que vous alliez voir par vous même (au moins pour les décors).




Colonia, un film de Florian Gallenberger, sorti en Juillet 2016, 

Le décor est rapidement posé en l'an 1973 au Chili. Après la prise du pouvoir du général Pinochet, les opposants manifestent, et c'est après ces événements tumultueux que Daniel est conduit dans un camp secret, une secte. En plus d'être un film qui prend au tripes, j'en ai également beaucoup appris quant à cette époque de l'histoire et la dictature chilienne. Beaucoup de tension et beaucoup de suspense, je peux au moins garantir qu'on n'en ressort par indemne. Alors oui c'est vrai, certains (voire un grand nombre) ce sont plains de la romance qui prend sa place dans cette histoire face à ces faits historiques dramatiques mais mais le film en lui-même n'est aucune centré principalement sur cette histoire d'amour. Un très bon jeu d'acteur, des personnages horribles et sadiques, un film oppressant et stressant qui ne nous laisse par indifférents face à l'horreur de la cruauté humaine.



► Equals, un film de Drake Doremus, sorti en Septembre 2015 

Equals raconte l'histoire d'un monde où les sentiments sont considérés comme une maladie, une maladie qu'il faut a tout prix éradiquer. Durant ce film, on suit donc l'histoire de deux protagonistes, tombant amoureux l'un de l'autre vous l'aurez surement deviner. Un monde futuriste, une sorte de dystopie, avec un contexte plutôt pas mal et des acteurs que j'apprécie, j'aurais donc pensé faire une belle découverte, même la bande annonce me tapait à l’œil. Finalement, ça a été une belle déception. N’espérez pas avoir droit à un minimum d'action dans ce film, au contraire. C'est longuet, barbant, et j'ai beau m'être ennuyée devant Doctor Strange, rien ne se compare à la langueur que j'ai ressentit en regardant Equals. Le tout dans une ambiance glauque et sinistre en plus de ça. Je suis habituellement bon public normalement mais pas moyen de me convaincre de le regarder à nouveau, c'est certain!




Les Animaux fantastiques, un film de David Yates, sorti en Novembre 2016 ☆☆☆ 

Je pense que tout le monde aura entendu parler des Animaux fantastiques, sa sorti a fait le buzz sur les réseaux alors évidemment, j'ai fini par me faire entraînée dans la foulée. Grande fan de l'univers d'Harry Potter, j'attendais impatiemment de redécouvrir toute cette magie à travers ce film, et je pense avoir eu de trop grande attente concernant cette histoire. Finalement, j'en suis très déçue et espérais bien plus pour un film ayant eu tant de succès. Pour tout vous dire j'ai davantage eu l'impression de regarder un de ses films du dimanche soir : sans fond, une histoire précipitée, prévisible, des personnages simplistes... Et c'est dommage parce que à mon avis, il y aurait moyen de creuser davantage. Je risque de me faire taper sur les doigts mais au final, d'après moi, ce film se résume simplement a type cherchant désespérément ses créatures, et ce pendant 2h10. Au fond, ça m'agace de ne pas avoir pu apprécié comme beaucoup d'entre vous, mais Les Animaux fantastiques ne serait pas un film que je recommanderais à un grand fan de l'univers de HP. Ça a tout de même été un film distrayant et cela grâce à ses acteurs bien que je reste dsr mon avis : les personnages et l'intrigue aurait pu être davantage creusés.


► Demain tout commence, un film de Hugo Gélin, sorti en Décembre 2016 

J'aime particulièrement Omar Sy, les personnages qu'il joue sont poignants, attachants, et je ne pense pas qu'on puisse être déçu par une de ses performances jusque là. Son rôle dans Demain tout commence nous le prouve encore. C'est donc l'histoire de Samuel, un homme qui semble aucunement se soucier du futur, vivant sans attache, qui se retrouve du jour au lendemain avec un enfant sur les bras après qu'une de ses conquêtes ne le lui laisse sans un mot. Il va tenter de la retrouver mais en vain, et se trouve donc à devoir élever sa fille, Gloria, et pour le reste je vous laisse aller voir de vous même. Sans hésitation, je dirais que le plus beau dans ce film c'est le lien fusionnel qu'ont Samuel et sa fille, cette relation qu'ils entretiennent est magnifique. Taquins, joueurs, provocateurs entre eux, on tombe sous le charme des deux protagonistes. C'est un film à la fois drôle mais aussi bouleversant, ça prend aux tripes, on mêle nos rires à nos larmes et tout ce que je conseillerais, c'est de ne pas regarder ce film dans de mauvaises conditions parce que l’atterrissage est difficile. 

Avez-vous vu un de ces films ? Qu'en avez -vous penser ? Laissez moi vos impressions!